skip to Main Content

La fusion et la symbiose

« Un peu comme si un manchot-unijambiste en rencontrait un autre. Si les membres manquants ne sont pas les mêmes alors, en se serrant l’un contre l’autre, ils ne forment plus qu’une seule personne…. cette « collaboration » semble être une façon intelligente de fonctionner. Or c’est une excellente idée…pour qui veut souffrir ! »

“Le Petit Manuel du Bien-Souffrir. En attendant le bien-être”

Célébrées depuis des siècles par les écrivains et les poètes, elles sont pour qui aime croire aux chimères (ou à l’existence des licornes si les chimères ne vous disent rien), un paradis sur terre. Les fusionnés sont fondus l’un dans l’autre, les symbiotiques se complètent à la perfection. Ils ne font plus qu’un. En conséquence, rien, non rien de rien, ne peut plus leur arriver de fâcheux.

Comme la super cagnotte du loto : elles rapportent gros, très gros

Quelle belle protection pour maintenir l’illusion que la trahison, l’abandon, l’impuissance, la déception sont à tout jamais éradiqués ! On adore !!! Nous voici :

  • pris en charge
  • Plus besoin de demander : l’autre lit en nous, il sait ce dont on a besoin
  • nos manques et nos vides remplis
  • compris, entendus, vus comme jamais ou comme avant
  • cajolés, cocolés (suisse, savoyard), biberonnés, entourés, choyés, chéris, dorlotés ….j’arrête après ça fait trop. Plus, ce serait difficilement supportable, le bonheur a ses limites quand même !!! Non ???? Vous en voulez encore ? Vous exagérez…

Du paradis à l'enfer ...

« Rappelez-vous d’Adam et Eve licenciés sine die, foutus à la porte du paradis pour faute grave. Combien d’entre nous, ne se sont-ils pas un jour retrouvés comme eux, tremblants de froid, assis sur le trottoir de la vie, à se demander comment ils allaient pouvoir faire pour continuer puisque jusque-là un autre faisait, pensait, ressentait pour eux ? »

“Le Petit Manuel du Bien-Souffrir. En attendant le Bien-être”

XIVe couple – San Giorgio – Italie

Ce ne serait pas de la “bien-souffrance” si ça ne se terminait pas mal. Eh oui, et ça, nous adorons. Toute chose, en ce monde, est vouée à prendre fin. Un des partenaires va avoir besoin d’autonomie et crier à l’autre, désemparé, « mais je veux avoir mon jardin secret ! ». Un des fusionnés est lassé d’être bébé ou inversement d’être le biberon de l’autre… Et puis aussi, parce que, tout simplement, nous mourrons. Et là, mes amis réincarnistes vont me rire au nez et me dire que l’on se retrouve dans la vie d’après ou d’encore après, ça dépend…

Back To Top