skip to Main Content

Je m’empêche de vivre mon homosexualité

« Je continue comme si de rien était. J’essaie d’oublier, de pas y penser.  Ado, jeune adulte, ça marchait, je me disais que ça allait passer. J’avais plein de nanas, je sortais beaucoup, j’y pensais mais ça sortait dans les rêves et en plus j’avais vu un psy au lycée qui m’avait dit que c’était normal de se questionner à mon âge sur ses préférences sexuelles. Ca fait 15 ans tout ça … Dès fois, j’ai honte de le dire mais il m’arrive d’avoir envie d’en finir et de me foutre en l’air parce que j’en peux plus de mentir. Le coup de grâce c’est que j’ai rencontré un homme l’hiver dernier et j’étais à deux doigts de franchir le pas et j’ai tout foutu en l’air. Je l’ai jeté. Je voulais pas, ça m’a brisé le cœur mais c’est comme s’il y avait une force en moi qui m’empêchait d’y aller. Depuis,  je me déteste encore plus. Je sais que c’est con parce qu’aujourd’hui c’est plus un problème d’être pédé. Il m’arriverait quoi en fait si je leur disais ? Rien, enfin rien de vraiment grave. On met plus les gens en prison, je vais pas me faire lyncher. Au fond de moi, y a une petite voix que j’arrive pas à faire taire qui dit : c’est dégueulasse, ça se fait pas, mon père va plus vouloir me voir,  ça va détruire ma copine, je suis un monstre. J’entends déjà la famille se moquer, ma mère dire que c’est de sa faute… pleurer. »

F. 32 ans

Back To Top